SORTIR DU CAPITALISME C’EST TRÈS SIMPLE.

SORTIR DU CAPITALISME C’EST TRÈS SIMPLE ET INDISPENSABLE  Le 02.02.2014, notes actualisées le 06.12.2015 

Essai, cette synthèse prolonge le texte : la monnaie point faible du capitalisme. Note 1 

Résumé : Les capitalistes doivent créer la misère et la pénurie pour garder le pouvoir et faire une plus-value. Note 1 pour une vision d’ensemble. 

I) Par la maîtrise de la création monétaire. 

1) Monnaie fiduciaire. Par la planche à billets. Tenue par les banques centrales privatisées.

2) Monnaie scripturale. Par des lignes d’écritures.

3) Par le crédit. Les banquent prêtent l’argent qu’elles n’ont pas.

Escroquerie dite des réserves fractionnaires. (Prêter l’argent que l’on n’a pas sans fin…)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_r%C3%A9serves_fractionnaires

Ce rôle est aussi aggravé par les taux d’intérêt (tenus aussi par les banques privées)…

Et la spéculation sur les monnaies. Note 2

Nous avons vu que personne ne connait la convention qui régit la monnaie de nos jours. Note 1 

Ce qui veut dire que celui qui maîtrise la création monétaire et les taux d’intérêts des crédits, tient une des principales armes du pouvoir, dans l’arbitraire le plus absolu. 

 II) Par la maîtrise du prix. 

Si je fais une bonne récolte, tout le monde devrait être content mais les prix s’effondrent…

Donc le prix n’exprime pas une quantité de matière : j’ai plus de café, de coton, de blé…

Donc le prix n’exprime pas une quantité de travail : j’ai passé plus d’heures de travail…

Mais je crève de faim dans le dénuement car je ne peux plus rien acheter.

C’est un autre exemple que celui des épingles et donne le même résultat. Note 1

Plus une marque est connue plus le produit est cher, le prix reflète une préférence, entretenue par les autres acheteurs, entraînant un effet cumulatif : augmentation des acheteurs et augmentation du prix. Non une quantité de matière, un temps de travail, ou la quantité d’usage d’une machine… parfois pas même un besoin… (Exemples, NIKE, APPLE…)

Plus fort encore pour les produits de placements financiers ce phénomène cumulatif repose sur l’espoir de revenus à venir. Donc de richesses qui existeront peut être, plus, moins ou pas !

Par exemple : actions, Warrants, obligations, fonds commun de placement (divers), assurances vie, assurances retraites privées, assurances santé privées, etc.

A noter : ici nous voyons que la monnaie, les liquidités, sont utilisées pour avoir encore plus de monnaie.

La monnaie devient marchandise et monnaie, une marchandise à acquérir avec cette même marchandise…

C’est le même principe que la dette prendre le pouvoir sur les biens et services et donc la population sans rien avoir ou très peu, quelque % de fonds propre pour octroyer le crédit, effet de levier pour les spéculateurs… et les fonds spéculatifs.

Nous voyons que le « Prix » comme pour la monnaie est du domaine de l’arbitraire. 

Celui qui maîtrise ces deux moyens tient le tout. Tient déjà le pouvoir !

Et qui le tient ? Les 1 à 2% de spéculateurs au sommet de la pyramide de Ponzi. Dit le marché. Note 3

http://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_Ponzi

III) Par la maîtrise de la production.  

La finance ne leur suffit pas ils leurs faut détruire aussi la nature et les êtres.

Illustration : alors que la commission vient de supprimer les quotas sur le lait, quotas crées pour empêcher l’effondrement des prix du fait de la surproduction et donc préserver un revenu pour les éleveurs et un lait de qualité.

Les capitalistes créent des fermes usine pour ruiner les éleveurs et prendre un monopole sur le lait. Note 4

Ce lait de très mauvaise qualité bourré de médicaments et d’antibiotiques est à terme dangereux pour la santé.

(Des animaux et des humains.)

Le mensonge est : qu’ils présentent leurs méfaits en disant vouloir donner du lait à tous alors qu’il y en a déjà trop !

CONCLUSION : que ce soit : 1) par le crédit, (prêter l’argent que l’on n’a pas). 2) par les taux d’intérêt. 3) par la spéculation : fonds de pension, fonds de placement, fonds souverain, fonds spéculatifs (Hedges fund), etc.

Le principe est de faire de l’argent avec de l’argent, c’est à dire avec des richesses qui n’existent pas. Donc ils sont obligés de faire fabriquer sans fin des objets éphémères s’ils veulent récupérer la mise.

Une autre partie de cette folie se résorbe dans des crises régulières, (les bulles) pour vider le trop plein. C’est à dire des richesses espérées et non produites.

Par ailleurs détruire la production de qualité par des produits éphémères et dangereux.

Donc, puisque nous sommes en situation de surproduction, si on veut des gains de durabilité, des services et des biens de qualité il est vital de sortir du système capitaliste incompatible avec ce but-là.

La mainmise des capitalistes sur nos besoins leurs donne tout pouvoir.

Il faut donc faire l’inverse pour en inverser les effets.

La solution doit partir du besoin.

QUELQUES SOLUTIONS A COURT TERME. (LE CADRE GÉNÉRAL)

1) Obliger les banques à prêter avec 100 pour 100 de fonds propres. 

En montant le taux progressivement.

2) Supprimer les taux d’intérêt. Note 5

Les plafonner à 12% pour les baisser par étapes jusqu’à leurs suppressions.

Les items 1 et 2 impliquent le 3ème.

3) Développer les monnaies fondantes. Note 6

La dépréciation de la monnaie encourage en effet la consommation et l’investissement au détriment de la thésaurisation.

Un taux négatif permet de dégager une marge pour financer le TRAVAIL !

Il s’agit de faire que le besoin prenne le pas sur le signe et non l’inverse.

Bref, d’inverser ce qui nous détruit pour en inverser ses effets…

4) Établir le lien production-monnaie.

C’est l’extension de l’idée des contributions sociales.

Lien entre les richesses produites et la monnaie.

Ce qui implique une reprise en main de la monnaie.

5) Rétablir les contributions sociales sur les richesses produites.

Rappel. Les cotisations sociales financent les besoins, santé, retraites, familles, chômage, formations…

De plus les recettes couvrent les dépenses du moment.

Si les besoins évoluent les prélèvements aussi, ainsi Il n’y a jamais de déficits.

Cela supprime les taux d’intérêts des banques privées.

Nous fait sortir du système de capitalisation et donc de la spéculation !

C’est l’immense avantage de la sécurité sociale.

Pour pallier l’impossibilité du plein emploi, Il suffit d’élargir l’assiette au chiffre d’affaire.

6) Supprimer les brevets. 

En diminuant la durée progressivement. Note 7

7) Etablir des normes qualité de hauts niveaux sur la production. Note 8   

EXPLICATION  

Le but de ces quelques solutions est d’empêcher que l’ombre prenne le pas sur l’objet.

Je rappelle qu’un tas de billets ne se mange pas ni ne me tient chaud l’hiver.

Il s’agit d’obtenir que les gains de productivité soient utilisés pour la réalisation de nos besoins par le lien le plus direct possible.

Une organisation sans usure avec des investissements réalisés à partir de cotisations résout le problème.

Nous sommes très largement en capacité de surproduction.

Non pour la réalisation du pouvoir de quelques-uns qui pousse au gâchis. Note 9

C’est à dire produire des objets ou des services déficients, inutiles voire nuisibles pour pouvoir prélever une dîme à chaque tour de roue. (CF les épingles et suite…Note 1)

Et qui profite de la naïveté et l’ignorance du plus grand nombre pour spéculer sur leurs dos.

A noter que leur pouvoir ne repose que sur des bouts de papiers. Billets, titres, brevets…

CONCLUSION

Il s’agit d’un changement systémique.

Il est important que la population s’empare d’un tel sujet.

Il est important que nous soyons nombreux, et nous le sommes, à mettre en mots ce thème pour que le débat soit possible au plus grand nombre d’individus.

NOTES

Note 1 : Il nous faut comprendre, que la surproduction signifie que le besoin est résolu ! Si le besoin est résolu les bénéfices s’effondrent et le capitalisme aussi !

les éléments de ce texte sont développés dans : La monnaie point faible du capitalisme.

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-bray/210411/la-monnaie-point-faible-du-capitalisme

Note 2 : comment les grandes banques manipulent le marché des devises 13.03.2014

http://www.lemonde.fr/idees/reactions/2014/03/13/comment-les-grandes-banques-manipulent-le-marche-des-devises_4382090_3232.html

Note 3 : Par système de cavalerie, (pyramide de Ponzi), il faut entendre que les entrants payent pour ceux qui y sont déjà les 1 à 2 %.

L’escroquerie repose toujours sur une promesse de gains à venir source de bulles financières dans lesquelles ils se servent avant qu’elles ne s’écroulent.

Ce sont des joueurs de poker avec la mise des autres, ils ne peuvent pas perdre !

C’est la classe moyenne qui ce fait plumer par les fonds de pension privés qui ne peuvent plus payer les retraites, le remplacement de la sécurité sociale par des assurances privées ou les fonds spéculatifs comme Goldman Sachs avec le scandale Abacus…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Goldman_Sachs

Lire aussi au sujet des Bitcoins. Casinopoly : le crime organisé dont le parrain est la finance.

http://www.atlantico.fr/decryptage/casinopoly-crime-organise-dont-parrain-est-finance-1000979.html#svjfjUEMi7UO4ZIv.99

Et aussi. Prix des aliments et des matières premières : les banques inventent l’hyper-spéculation

http://www.bastamag.net/Comment-les-banques-speculent-sur

Note 4 : Définition Monopole. Le monopole est une situation où un seul vendeur, sans concurrence, alimente en produits ou en services sur un marché donné l’ensemble des acheteurs. Le monopole peut s’appliquer également à une catégorie d’acteurs de même nature en situation monopolistique.

https://www.mataf.net/fr/edu/glossaire/monopole                 

Le monopole permet de prendre la main sur la production. (La quantité, la qualité, l’exclusivité)

NOS BESOINS SERONS SOUMIS AUX CAPITALISTES QUI POURRONT FAIRE LES PROFITS QU’ILS VOUDRONT AVEC LA QUANTITE, LA MAUVAISE QUALITE ET AU PRIX QU’ILS VOUDRONT ! 

Note 5 : les arguments contre les taux d’intérêt remontent aux origines de la monnaie. Exemple.

Aristote. Les politiques. P.122 (1-10. 1258a)

Et traverse tout l’histoire humaine, Thomas d’Aquin, Marx, Keynes…

Bref tous ceux qui s’intéressent à la FONCTION de la monnaie.

Note 6 : exemple, pour le Chiemgauer perte de 2% de sa valeur par trimestre.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiemgauer

Note 7 : une bonne idée DOIT toujours pouvoir être reprise, c’est une évidence !

Les brevets un triple meurtre.

1) Bloquer tout ce qui pourrait remettre en question « la roue de hamster ».

2) Limiter la diffusion, (pénurie) pour faire monter son coût et leurs profits.

3) Objet de spéculation.

Guerre des brevets et spéculation.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/09/26/des-entreprises-s-alarment-de-l-arrivee-de-patent-trolls-en-europe_3485720_651865.html

Stopper cette folie de breveter les semences, lire :

http://www.bastamag.net/Agriculteurs-et-jardiniers-seront

Voir, minute 24, Albert Jacquard contre les brevets.

https://www.youtube.com/watch?v=hCd1uvT6dEI#t=2366

Note 8 : cette question des normes est traitée dans le texte suivant :

https://pierrebray.wordpress.com/2014/05/08/euro-traites-europeens-quelle-solution/

Note 9 : 46% des richesses mondiales sont aujourd’hui détenues par 1% de la population, selon le rapport de l’ONG Oxfam intitulé En finir avec les inégalités extrêmes     

Source : http://www.humanite.fr/sites/default/files/pdf/2014/oxfam.pdf

L’enjeu pour eux est bien le pouvoir, ils ont plus qu’il n’en faut, quitte à briser la démocratie et mettre en danger la survie de l’espèce humaine.

Quelques sources parmi beaucoup d’autres. Avec l’accent mis sur la question du prix peu mise en avant.

Paul Jorion. Le prix, édition du croquant.

André Orléan. L’empire de la valeur, en poche : points économie. (A lire pour son éclairage)

Sur le thème de la pauvreté dans l’abondance en accès libre. 

http://www.pdfarchive.info/pdf/D/Du/Duboin_Jacques_-_Economie_distributive_de_l_abondance.pdf

POST-SCRIPTUM. En complément, lire ou relire :

https://pierrebray.wordpress.com/2015/05/14/cest-quoi-la-monnaie/

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-bray/300115/marketing-publicite-sponsoring-et-lobbying-armes-de-destructions-massives-au-service-du-capitalisme

LE BREVET : UN TRIPLE CRIME.
Une illustration, lire article : Brevet arme dissuassive LeMonde du 04.12.2015

Brevet arme dissuassive LeMonde du 04.12.2015-1

Brevet arme dissuassive LeMonde du 04.12.2015-2

 

Publicités

6 Replies to “SORTIR DU CAPITALISME C’EST TRÈS SIMPLE.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s